Le Chili, de la Patagonie au confinement

Je vous écris depuis notre lieu de confinement; un camping à proximité de Linares, ville située à environ 300 Km au sud de Santiago, entre la pré-cordillière et l’océan. Nous y sommes depuis 32 jours. Nous avons eu cette nuit la première pluie depuis notre arrivée ici. Que du beau depuis le début. Il y a bien eu 2 jours couverts et plus frais, mais sinon c’est grand soleil, ce qui semble assez exceptionnel en cette région pour la période.

N’oubliez pas qu’ici nous approchons de l’hiver. C’est d’ailleurs avec cet élément en tête que nous avons décidé de monter plus au nord et de vite quitter la Patagonie, que nous avons découvert sur près de 2 mois.

Ce matin donc, après les premières pluies, quel plaisir ce fût, alors que nous étions encore en train de trainer dans notre lit, d’ouvrir les fenêtres de la capucine et de nous faire envahir par la senteur des eucalyptus qui nous entourent ! Nous les côtoyons depuis longtemps maintenant mais n’avions jamais autant ressenti leur présence.

Le camping où nous avons décidé de nous arrêté s’appelle « Sin ir mas lejos… » ce qui signifie «  sans aller plus loin ». Un nom prédestiné pour notre périple me direz-vous.

Nous sommes les hôtes de Luis & Maria Angelica, qui ont accepté d’ouvrir leur camping hors saison pour nous accueillir, en cette période compliquée. Nous n’avons pas eu à discuter beaucoup, ils ont tout de suite dit oui. Nous sommes vraiment choyés ici. Nous donnons quelques coups de mains ça et là, et nous pouvons nous régaler avec les noisettes, les figues, les oranges ou encore les avocats présents un peu partout. Pâte à tartiner maison, gâteau à l’orange, ou encore confiture de figues sont au programme.

Notre espace individuel donc (puisqu’à date nous sommes seuls ici) se compose, en plus de notre chère maison, d’un patio couvert sur 2 côtés, avec plusieurs tables, d’un bloc sanitaire avec WC et douche chaude, d’un barbecue et d’un bel espace entre herbe et terre. Nous avons pu également installer le hamac pour la sieste et avons profiter de l’espace pour nous étaler un peu. Comme à notre habitude, nous vivons beaucoup plus dehors que dedans. Nous ne ressentons pas du tout le besoin de bouger pour le moment ; cette pause forcée nous fait du bien et nous essayons de tirer le meilleur de cette situation.

Les journées sont bien remplies, entre la classe, le vélo, le ramassage des fruits, les jeux divers et les promenades à cheval dans le pré, pas le temps pour les enfants de s’ennuyer. Nous en profitons aussi pour assurer l’entretien du véhicule et faire quelques petites bricoles.

Nous gardons le contact avec la famille et quelques amis de Nina grâce à Whatsapp. Nous évitons de sortir du camping même si cela est possible. Ici, au Chili, il n’y a pas de confinement obligatoire. C’est seulement recommandé. Le port du masque est en revanche obligatoire depuis déjà quelques jours pour toute personne qui sort en lieu public, transports, y compris taxi, etc…

Le gouvernement à choisi de ne pas fermer le pays, principalement pour des raisons économiques vraisemblablement. Il y a cependant de nombreux cordons et contrôles sanitaires, qui sont couplés à la mise en quarantaine des villes le nécessitant au cas par cas. Certaines villes ayant été fermées pendant une quinzaine ont déjà vu leur réouverture, ce qui montre que le système est évolutif. Le ministère de la santé fait un point quotidien en indiquant le nombre total de cas, les guérisons, les décès, le nombre de personnes hospitalisées, sous assistance et même le nombre de respirateurs disponibles. Cela me semble très transparent. Les nouvelles mesures éventuelles sont également annoncées et relayées sur les réseaux sociaux. La propagation continue mais à une vitesse plus faible que j’aurai cru. Les gens ont pour la majorité pris conscience du risque et le port du masque était déjà très pratiqué avant d’être rendu obligatoire. Le pays compte à date, selon les mêmes méthodes que la France, 260 décès, 10 041 cas guéris et encore 9 362 cas actifs.

Nous ne savons pas encore comment les choses vont évoluer dans les prochaines semaines. Nous suivons l’actualité en France également. Nous espérons que les frontières terrestres vont pouvoir ouvrir d’ici 1 mois, et attendons la ré-ouverture annoncée de certains parcs nationaux chiliens pour reprendre un peu l’itinérance en voyage, tout en limitant les risques, et en préparant notre véhicule pour le froid.

Bon courage à tous et à vos proches, où que vous soyez !

À suivre…

Un commentaire sur “Le Chili, de la Patagonie au confinement

  1. Ravis d’avoir de vos nouvelles. J’espère que vous pourrez reprendre votre aventure d’ici peu dans de bonnes condition.
    Bien à vous,
    Sylvie MELO, LMV

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.