Le Nord du Chili, désert, geysers et baume à lèvre !

Nous sommes entrés au Chili depuis Tacna, le 12 décembre dernier, après un mois passé au Pérou. Nous ne vous avons pas encore parlé de ce pays, mais le temps viendra.

Après un passage frontière assez complexe et une fouille du véhicule poussée (drogues, armes, devises, mais aussi fruits, légumes, graines et autre végétaux interdits) nous avons roulé directement près de 300 Km pour tenter de rejoindre nos amis suisses déjà croisés à de nombreuses reprises. Nous n’avons pas de réseau, aussi nous ne savons pas vraiment ni où ils sont, ni si nous saurons les trouver.

Après 1 mois au Pérou nous sommes littéralement estomaqués par le civisme des conducteurs chiliens. Figurez vous qu’ils utilisent leur clignotant pour tourner, qu’ils freinent aux stop, et même qu’ils laissent passer les piétons… ! Incroyable ! Bon, il faut relativiser car nous n’aurons pas fait de très grande ville pour le moment, mais quand-même, c’est agréable.

Nous arrivons à côté de Humberstone, ville fantôme. Nous ne voyons personne sur le parking. Nous décidons donc de nous rendre à la station essence à proximité. Elle est du réseau COPEC, assez réputé pour la bonne qualité, les services et le wifi. Nous ne sommes en effet pas déçus, le garçons qui nous fait le plein nous lave toutes les vitres avec le sourire.

Pas de suisse en vue, mais le wifi est bon et il y a des machines à laver ; nous allons donc faire une machine et dormir ici. On commande un truc à manger, et là, quelques minutes plus tard, alors que nous sommes en train de déguster nos burgers, nous apercevons 2 fous en train de sauter en se brossant les dents. Les suisses sont bien là : ils étaient garés derrière avec les gros camions ! On passe un bout de soirée avec eux, et nous irons ensemble visiter Humberstone demain matin.

Bien que sur un parking rempli de camion, la nuit fut assez calme. On a un peu de mal à se remettre du décalage horaire. En effet, en passant la frontière chilienne nous avons perdu 2 heures ! Nous sommes passés de 13h à 15h !
Le côté positif, c’est qu’il fait nuit plus tard, vers 20h30, et que nous pouvons bien en profiter.

Nous voila donc à Humberstone, le village fantôme. Classé au patrimoine mondial depuis 2005, le site abritait la population qui travaillait à l’extraction du salpêtre jusqu’à 1960, et la découverte de nouveau procédés de fabrication.

On peut aujourd’hui visiter les maisons, le théâtre, les usines et divers magasins. Il y a aussi une maison dédiée à la commémoration du massacre du 21 décembre 1907. C’est l’apogée catastrophique d’une série de grève des travailleurs réclamant plus de considération. Les forces armées vont s’en mêler et il en résultera une véritable exécution de la population.

Nous sommes les premiers et donc seuls pendant un bon moment dans le village. Le sentiment est assez bizarre. On ose pas entrer dans les maisons, de peur de croiser quelqu’un derrière un mur où dans une salle de bain abandonnée.

Sont conservés de nombreux objets, jouets,ou encore outils ayant appartenus aux habitants.

Après quelques heures, nous prenons la route de San Pedro de Atacama, à plus de 400 Km de là. Ce sera notre plus grosse étape jusqu’à présent. Nous aurons même besoin d’utiliser un des 2 bidons de 20L que nous avons en réserve, car les stations se font rares dans le désert.

Nous arrivons enfin à San Pedro de Atacama. Nous passerons la première nuit dans un pseudo camping, qui ressemble plus à a un parking. Avant de nous accueillir, on nous dit direct que nous ne pourrons pas remplir notre eau, assez logique puisque nous sommes en plein de désert. L’accueil est donc plutôt froid, aussi nous ne resterons qu’une nuit.

San Pedro est une petite ville hyper touristique. Nous sommes en pleine saison et il n’y a que des touristes. Seulement 5000 locaux résident ici. Même les nombreuses agences de voyage et tours opérateurs emploient des étrangers. On rencontre notamment Karla, une mexicaine qui voyage tout au long de l’année, mais qui, à court d’argent, s’est installée 4 mois ici pour travailler. Elle nous briefe un peu sur ce que nous pouvons faire seuls avec le véhicule, et ce qui est aussi faisable avec le petit Sasha.

Nous trouvons un autre camping plus excentré, mais pour le même prix il y a une piscine et une bonne ambiance. Nous y retrouvons d’autres voyageurs qui comme nous ont quitté le camping-parking. Nous resterons là 2 nuits à ne pas faire grand-chose. Les enfants profitant de la piscine et de nos amis suisses !

Nous sommes finalement lassés par ce camping qui outre ces qualités, est sous la poussière et avec le vent de la fin d’après-midi, le camping car est hyper sale. Nous allons donc continuer en sauvage dans les alentours pour une nuit, avant de quitter le coin. Nous partons pour le canyon de Guaitin, mais avant il faut aller confirmer la réservation pour le tour des étoiles que nous ferons ce soir.

Sur le chemin, nous tombons sur Sonia et Luka, croisés il y a déjà plusieurs mois en Colombie. Nous rencontrons aussi une famille de camping caristes picards, avec lesquels nous avions déjà échangé par whatsapp. Ils ont 3 enfants plus âgés que les nôtres, mais le courant passe bien. On discute un moment, et on compare nos véhicules (nous avions presque acheté le leur, mais les vendeurs souhaitant faire une vente physique nous avons trouvé le nôtre, chose que nous ne regrettons absolument pas!).

On les quitte en direction de Guatin. Arrivés là-bas, nous tombons sur 3 véhicules. 1 cc avec une famille de brésiliens avec leur 2 filles (@sardinhasnalata) accompagnés de 2 van. L’un avec 2 français (@alhombrecitos ) et 2 espagnols accompagnés d’un autrichien. On passe un moment sympa avant de se séparer pour peut-être mieux se retrouver.

Nous arrivons enfin au canyon, que nous parcourons pendant 2 heures. Sasha ce débrouille bien, et les passages de rivière sont assez rigolo, car peu de fond. Une belle ballade au milieu des cactus et des rochers.

Retour à San Pedro pour le tour des étoiles. Nous pouvons suivre le bus jusqu’à l’observatoire et dormir à proximité. Nous passerons un très bon moment avec un tour et des explications en français. 9 télescopes de plusieurs tailles sont à disposition pour voir des constellations, des étoiles, des nébuleuses. Nous apprenons l’origine des planètes, du zodiac, ou encore du mot panique, qui vient du dieu grec Pan : Ce dernier ayant refuser d’aller se battre contre les titans (il a pan-iqué) a voulu se transformer en poisson mais dans ce moment de peur rata sa transformation et s’est retrouvé mi poisson / mi chèvre. Cela a donné la constellation du capricorrne, selon certains.

Après une nuit sous les étoiles, nous partons en direction des geysers du Tatio. Les agences nous ont dis que c’était très compliqué en véhicule, mais nous avons appris que la route est bonne jusqu’au bout, même si avec un peu de piste çà et là. Nous retrouvons en chemin les brésiliens et les français dans leur van orange. Nous passerons tous ensemble la nuit à 4100 m au bord des geysers, après une route magnifique.
Nous formons une barricade avec nos 3 véhicules et passons la soirée accompagnés de popcorn, pâtes et vin rouge !

Driiiiiiiing !! Réveil à 5h30 pour aller acheter les tickets pour entrer dans le parc. Les geysers s’activent dès 6h et ne nous attendrons pas. Nous passerons 2 heures à admirer ce beau spectacle par 2 degrés. Sasha est crevé et frigorifié ; autant dire qu’il a joué des décibels ce matin et que nous ne passons inaperçus.

Nous sommes rejoins par les cohortes de touristes venus avec les tours, et qui font la visite au pas de courses, avant de prendre leur pancake et café inclus dans la visite. Nous avions prévu le coup et dévalisé la boulangerie en ville . Croissants et pains au chocolat géants pour tout le monde !

Nous découvrons ensuite les piscines chaudes naturelles. Ces dernières sont alimentées par 2 geysers. L’eau est donc par endroit froide ou extrêmement chaude, à la limite du supportable, mais en mélangeant tout ça on arrive à bien en profiter !

Cependant, nous avions promis à Nina d’aller aux thermes de Puritama, enclavée au milieu du canyon de Guaitin. Nous nous y rendons donc et y passons l’après-midi, dans 7 piscines naturelles et une eau à environ 30 degrés. Des cascades, des bassins pour nager, un peu de courant pour jouer, les enfants sont aux anges.

Nous rentrons vers San Pedro (que nous avions prévu de quitter la veille…!) pour y retrouver les brésiliens sur l’une des place de la ville, où le stationnement est apparemment gratuit et les nuits calmes.

Nous tombons sur la famille de français croisés la veille, et sur leurs amis français expartiés au Quebec depuis de nombreuses années. Nous passerons encore 2 jours à trainer dans le coin. Entre musée des météorites, marché artisanal, cirque et cours de poterie, les 7 enfants jouent bien. L’apéro restant le moment privilégié des parents… !

Il est maintenant temps de quitter la ville. Nous avons depuis quelques temps décidés de zapper la Bolivie pour le moment. D’abord en raison du climat politique incertain, ensuite car le point d’orgue du pays est le salar, et de nombreuses agences nous refusent l’accès avec Sasha. Nous en trouverons une en remontant, on l’espère. Nous avons encore du temps. Nous ne sommes même pas à la moitié du voyage. Nous laissons donc le climat sec qui dessèche notre peau et nos lèvres, afin de retrouver un peu d’humidité.

En route donc vers l’Argentine, via la frontière de Paso de Jama, à moins de deux heures de San Pedro de Atacama. Sur le chemin, nous prenons un couple d’autostoppeurs argentins. Ils font aussi de l’artisanat, et donnent à Nina un bracelet pour nous remercier. Nous aurons aussi droit à un porte chance que nous accrochons au rétroviseur central. Je renonce donc à mes principes, mais tant qu’on a pas une paire de dés ou une chaussure de foot, ça passe… ! Et puis qui sait, nous aurons peut-être besoin de chance pour la suite. Nous invitons nos passagers pour le déjeuner au bord d’un mirador, avant de les quitter à la frontière.

Nouveau pays, nouvelle aventure, à suivre !

Un commentaire sur “Le Nord du Chili, désert, geysers et baume à lèvre !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.