Baleines et colibris

Une fois quittée la zone du café, nous prenons contact avec Kika qui, avec sa famille, gère le Campground La Bonanza, situé à proximité de Silvia, dans la région du Cauca. C’est normalement notre prochaine étape.
Kika est aussi administratrice d’un groupe Whatsapp des familles en Amérique du Sud. Elle y est très active et nous donne des recommandations avant d’aller la retrouver sur Silvia

Nous partons donc, presque sur un coup de tête, pour la ville de Buenaventura, à près de 5h de route, dans l’espoir de voir les baleines avec les enfants. Nous sommes en fin de saison, mais on tente le coup. Après tout, on a le temps… ! Nous faisons un brève pause le long du lac Calima, connu comme un bon spot de kite surf. Pas tout à fait notre truc.

Nous voila donc arrivé à Buenaventura, qui n’a pas tellement de charme, si ce n’est sa zone près du port qui est très animée et assez familiale. Après avoir un peu galéré pour garer nos 7,5 m de long, nous profitons donc d’une soirée au bord de l’eau et d’un beau couché de soleil. Il y a des jeux, de la zumba, des cafés, et de nombreux locaux qui s’affrontent sur terrains de basket ou de volley !

Nous avons auparavant pris nos billets pour l’expédition baleine (c’est vraiment le bon mot…) prévue le lendemain: Départ du premier bateau : nous sommes seulement une dizaine et avons donc de la place. On enfile les gilets, et on décolle (façon de parler). Le temps est très mauvais, et la mer démontée. Cette première étape est censée durer 1h. Par temps calme. Nous aurons le privilège d’avoir environ 1h15 de mer dure et de grosses vagues, qui n’auront pas laissé Sasha sans partager son ptit dej avec la mer, le bateau et son gilet… !

On fait les malins mais on était pas au top non plus.

Une fois arrivés, et après un peu d’attente et les consignes de base nous embarquons dans ce qui ressemble à une barque pour aller pécher sur un lac. Sauf que là, on part en pleine mer voir des baleines de plusieurs tonnes. Oubliez (pour ceux qui ont eu cette chance) les expériences au large de Cape Cod aux USA ou de Cap Town en Afrique du Sud.

Lucie, Nina, Sahsa et moi occupons toute la largeur de la coquille de bois en nous asseyant. Autant dire que dès que quelqu’un bouge, le bateau tangue. On vient juste de nous expliquer que les baleines peuvent parfois sauter hors de l’eau dans trop se préoccuper de nous… Bref !
Nous aurons la chance de voir de très près ces animaux majestueux, avec des bébés. Nous sommes néanmoins un peu tendus, mais aussi nauséeux à cause des vapeurs de gasoil. Les enfants en ont assez vite marre, mais nous profitons quand même de ces beaux moments. Nous n’avons pas d’image de bonne qualité des baleines à partager malheureusement.

Le retour sur la terre ferme se fera dans un bateau bondé, mais par temps calme. Les enfants apprécient. Arrivée à 15h au port.
On retient de cette expérience le balbutiement du tourisme baleinier, avec des explications et des horaires assez approximatifs. Cela reste une belle expérience.

Nous reprenons tout de suite la route direction Cali, sans encore savoir où nous ferons l’escale nocturne. Nous avons cependant repéré en route un point appelé le paradis des colibris. Nous ne sommes pas des fanatiques d’oiseaux, mais on se dit que ça peut valoir le coup. Nous faisons donc halte dans le lieu dit « KM18 ». Nous trouvons un parking sur lequel nous sommes autorisés à stationner pour la nuit.

Mais quelques instants plus tard, des curieux s’approchent du véhicule. Je n’hésite pas une seconde et leur propose de monter à bord, tout en répondant à leurs questions. Le visiteur, dont nous avons oublié le nom, connaît un peu l’Europe et se fait une joie d’échanger avec nous. Après un moment, il nous dit qu’il est ravi de notre visite dans son pays, et du fait que nous n’avons pas mentionné la drogue ou les violences, mais plutôt la beauté des paysages et la générosité des locaux.

– C’est vrai que c’est encore une image trop véhiculée et erronée. Je ne souhaite pas lancer un débat, mais clairement si vous lisez ces lignes et pensez à visiter ce pays, n’hésitez pas un seul instant. La grande majorité des personnes que nous avons rencontrées nous ont accueillies, aidées, et ont partager beaucoup avec nous. Ce pays est vraiment pour nous synonyme de bienveillance. Lorsqu’on y ajoute la diversité et la beauté des paysages, il est facile de comprendre pourquoi autant d’étrangers s’y installent, avec plus ou moins de difficultés –

Voilà donc que cet homme qui visite notre véhicule nous annonce qu’il possède un bel hôtel un peu plus bas, et que nous serons ses invités le temps que nous voudrons. Nous ne paierons «NI UN PESO !! » selon ses dires, ce qui deviendra pour quelques jours la phrase préférée de Nina.

Toujours en quête de découverte et de rencontre, nous le suivons donc jusqu’à ce bel établissement où nous passerons deux nuits. Etant hors saison, nous profiterons des installations seuls. Les enfants sont aux ange avec les jeux de bois, le trampoline, le terrain de foot ou encore la piscine, même si un peu fraiche. Le matin nous sommes réveillés par les perroquets !

Mais n’oublions pas ce qui nous amène ici, les colibris !
Nous prenons un taxi vers ce fameux paradis des colibris, qui n’usurpe vraiment pas son nom. Nous nous retrouvons nez à nez avec des dizaines, voir des centaines de colibris de toutes les espèces. Nous avons même la chance de voir d’autres espèces parfois très rares. Les colibris ont inspirés Nina, qui vous propose un article sur cet oiseau merveilleux.

Une seconde voiture arrive sur place. Nous entendons parler français et je propose au groupe d’utiliser nos jumelles. Nous faisons rapidement connaissance, et décidons de déjeuner ensemble sur place. Lina, colombienne parlant un français parfait, accueille son amie Sandra venue de Suisse avec son fils Luka pour découvrir le continent. Après le déjeuner, nous échangeons nos coordonnées et Lina nous propose de passer chez elle dans la semaine si nous avons le temps.

C’est ce que nous ferons dès le lendemain, après avoir passé la ville de Cali et ses trop grosses chaleurs pour nous. Nous voila rendus chez Lina et son mari français Cédric dans la ville de Jamundi au sud de Cali. Nous passerons deux merveilleuses journées en leur compagnie, et profiterons d’échanges très enrichissants. Une très belle rencontre qui, comme d’habitude, se fait sur des petits rien. Tout ce qu’on aime !

Il est maintenant temps de rejoindre la Bonanza, et de rencontrer enfin Kika, avec laquelle nous communiquons sur Whatsapp depuis plusieurs semaines.
Direction Silvia !

A suivre.

2 commentaires sur “Baleines et colibris

  1. Très bon article, j’ai beaucoup aimé 😊 De plus, les photos sont superbes. Quelle beauté ces colibris 👍🏻

    J'aime

Répondre à MC Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.